Meeting de Lyon

share on:

Stade Gerland, Lyon, 4 février 2017

 

 Les postulats idéologiques et prises de positions face à l’actualité 

Idée générale : rassemblement des progressistes, citation de personnages pris dans chaque bord pour contenter tout le monde, progressisme très clairement affiché, sens de l’histoire (ne serait-ce que « En marche » Equilibre entre la gauche égalitariste et la droite trop libérale, centrisme (le « vichysme du temps de paix » pour reprendre Sanguinetti).

Décline son discours sur un plan tripartite basé sur la devise républicaine.

« Je veux ce soir lancer un appel solennel à tous les chercheurs, à tous les universitaires, à toutes les entreprises qui, aux Etats-Unis se battent contre l’obscurantisme, et à tous ceux qui, ces derniers jours, se sont exprimés en ayant peur que, parce qu’ils se battaient pour la recherche sur le climat, les perturbateurs endocriniens, pour la recherche en matière de pollution, pour la recherche en matière d’amélioration des énergies renouvelables, que toutes celles et ceux qui font aujourd’hui l’innovation, l’excellence aux Etats-Unis, nous entendent et nous voient : vous avez aujourd’hui et vous l’aurez à partir du mois de mai prochain, une terre patrie, ce sera la France. »

« Le progrès qui ne peut plus se résumer en l’accroissement du bien- être matériel » (à mettre en relation avec sa volonté de jeunes milliardaires.

« N’oublions jamais que l’Europe a eu des barrières, n’oublions jamais – le public crie « Europe, Europe »Moi, je ne veux pas de nouveau mur. Je vous rassure, il n’y aura pas de mur dans mon programme. »

« Tous ceux qui vous parlent de mur, de quotas, de frontières –elles sont là, fondamentales et nous les défendrons – mais nous avons des frontières européennes, et partout à l’intérieur de l’Europe, c’est cela notre sécurité (le public entonne « Europe, Europe »). »

« Si nous sommes écologistes, ce n’est pas parce que nous voulons bloquer le progrès, empêcher les uns ou les autres de faire, si nous sommes écologistes c’est par fraternité avec nos semblables Parce que pour notre génération, c’est une évidence. Parce que nous voulons créer un modèle économique durable, qui permettre à chacune et à chacun de vivre, pour certains de survivre, d’être transmis, d’avoir pour les générations qui naissent et à venir, les mêmes chances. C’est cela la fraternité. (…) Nous sommes écologistes par responsabilité, par devoir. »

« Ne parlons pas, les uns et les autres, de complot. On me demandera, on l’a déjà fait, des explications sur bien des choses (…) Mais la transparence fait partie de notre vie démocratique, et avec elle, la responsabilité que nous portons, la responsabilité des médias, tous, d’avoir une exigence de vérité (…) Ce sera aussi une exigence de probité, celle que nous portons. La politique ne peut pas être un métier, elle est une mission. »

Sur le FN : « Ils trahissent la liberté en rétrécissant notre horizon. Ils trahissent l’égalité en décrétant que certains sont plus égaux que d’autres. Ils trahissent la fraternité car ils détestent les visages qui ne leur ressemblent pas. Ils ne parlent pas au nom du peuple, ils parlent au nom de leurs aigreurs. Ils ne parlent pas pour le peuple, ils parlent pour eux-mêmes, de père en fille, de fille en nièce. Ils ne parlent pas du peuple, mais d’une France qui n’a jamais existé. Alors, ce soir, mes amis, nous leurs répondons ensemble, à ceux qui ne croient plus en rien, aux cyniques, aux défaitistes, aux déclinistes qui les entourent, nous leur disons : le meilleur est devant nous, le meilleur est à nous. »

 

Les propositions (ou plutôt les idées très générales)

Opposition forte au revenu universel, contre l’oisiveté » (Hamon)

Travail, artisanat…

Suppression RSI, « Simplification du droit du travail », Négociation d’entreprise (par branche), Baisser le coût du travail (allègement des charges patronales jusqu’à 2,5 SMIC).

On se demande presque qui était ministre de l’économie de 2014 à 2016…

 

République, valeurs…Voir l’article

Une « Charte des droits et des devoirs » (aucune précision)

 

Terrorisme

Continuer la lutte à travers la diplomatie et les armées. Forces de police et de gendarmerie avec un contact nouveau et plus proche de la population, travaillant avec les municipalités. Renforcer la sécurité publique (et non pas son lapsus « sécurité politique… ».

 

Education

Diviser en 2 le nombre des élèves par classe

CPE/CE1 dans les ZEP : mieux payer les enseignants, plus d’autonomie

 

Travail (« Sécurité professionnelle universelle »)

Proposition d’un emploi « décent » et répondant aux qualifications => doit être accepté par le chômeur

Plus de formation continue à tout âge de la vie, dans le but de « retourner vers un emploi efficace »

Concentration sur l’apprentissage

« Etat stratège qui couvre l’ensemble de ses risques »

100 euros de plus par mois de pouvoir d’achat pour ceux qui travaillent au SMIC par des mécanismes incitatifs, évolution de la prime d’activité…

Revaloriser ainsi la valeur travail contre l’assistanat.

 

Lutte contre les déserts médicaux

 

Discrimination

Renforcer le testing, favoriser l’accès aux emplois publics pour ceux qui « ont la porte fermée »

 

Ecologie

Poursuivre la transition, en « développant les territoires » (?), les startup.

Baisser l’utilisation de diesel.

 

Culture

Ouvrir les bibliothèques le soir et le WE

Pass culture : « Pour que chaque jeune, à 18 ans, puisse avoir 500 euros pour décider, lui-même, mais accéder à la culture, quelle qu’elle soit. »

 

Parité

« Je veux qu’au moins la moitié des candidats puissent être des femmes. » 

 

Les poncifs et lieux communs (non-exhaustif car discours empreint de banalités lénifiantes)

« La liberté sans l’égalité, c’est toujours la loi du plus fort. »

« Je n’accepte pas le discours de ceux qui ne voudraient pas voir la modernité, et proposeraient des réformes faites pour une économie d’hier et une société d’hier. Ni le discours de celles et ceux qui ne veulent voir qu’un risque, qu’une menace dans ce qu’il advient. »

« Notre peuple français il est uni par une institution invisible dont nous devons retrouver le sel, c’est la fraternité. La fraternité elle n’est jamais donnée, toujours à construire, toujours à préserver, toujours à renouveler. La fraternité, c’est ce que nous avons en commun, ce qui nous tient ensemble et ce que nous avons à défendre. »

« Et notre culture, ça ne peut plus être une assignation. Il n’y aurait pas la culture des uns et celle des autres, il n’y aurait pas cette formidable richesse française, qui est là, dont on devrait lier une partie, il n’y a pas de culture française, il y a une culture en France. Elle est diverse, elle est multiple. Et je ne veux pas sortir de cette culture certains musiciens sous prétexte qu’ils viendraient d’ailleurs, pas plus que je ne veux assigner tel ou tel jeune qui n’aurait pas accès, sous prétexte qu’il vient d’ailleurs, à notre littérature, à certains textes. »

« Nous vivons un moment grave, un moment où chacune et chacun doit se penser dans un monde plus trouble, plus incertain, plus violent, où les équilibres sont rebattus. »

« Parce que notre combat, c’est de tout faire pour que ce qui se passe ne bénéficie pas avant tout au parti du Front national dont les pratiques n’ont rien à envier à celles et ceux qu’ils dénoncent bien au contraire. Parce que, aujourd’hui, ce qui s’installe, c’est une lèpre démocratique, c’est la défiance, mes amis. »

Références et citations : de Gaulle, Ph. Séguin, R. Char, E. Zola, C. Péguy, L. Neuwirth, S. Veil, J. Chirac, VGE…

4 Comments

  1. Merci beaucoup pour ce que vous faites. Je suis évidement 100% d’accord avec ce qui est dit.
    Pour ma part j’écoute les conf de Mr Asselineau et de ses collaborateurs et c’est évidement suffisamment clair pour comprendre qu’il faut sortir de l’euro avant son implosion et que ce soit les contribuables qui paient les dettes de la Grèce….ou bien d’une disparition de l’état français purement et simplement au profit des USA

  2. macron est un énarque qui a appris à parler pour ne rien dire … et noyer le poisson ( ici l’électeur) dans une logorrhée ( une sorte de diarrhée mentale) abstraite et pleine de pseudos envolées complètement absraites … on ne pourra pas dire qu il ne tient pas ses promesses puisqu ‘il n’y en a pas de concrètes – de toute façon à toute question il repond : l’europe, l’europe… c’est à dire qu’il ne fera rien, étant coincé par ladite europe – qu’il sert en fait ! adieu la france, elle sera dissoute, vidée de tout et de son droit d’exister, , pour mieux etre conquise par ceux qui en convoitent les richesses : macron trahison ! à degager !!

  3. Je reprendrais 3 citations de ce pantin (fabriqué par d’obscurs néfastes dont Hollande):
    1/ « La France n’a pas de culture » ! (pourquoi pas « la France n’existe pas » ?)
    2/ La France dont des milliers de jeunes appelés ont été, non pas tués, mais massacrés de façon barbare par ces fellaghas, la France donc « a commis des actes de barbarie et crimes contre l’humanité »!!
    3/ Au cours d’un meeting à ses admiratrices béates: « Pensez printemps mes amis » (Tu penses printemps quand tu te fais violer et égorger ??).
    Macron, c’est l’énarque type, creux, arriviste, et comme Hollande il saity que l’on se fait élire sur des promesses, pas sur des capacités !
    Les français vont pleurer et avant 5 ans on aura en plus d’En Marche, le PMF (Parti des Musulmans de France) qui pèsera dans l’élection, assez pour avoir un 1er Ministre contre leurs voix !

  4. Un catholique peut-il voter Macron sans pécher ?
    NON !
    lundi 1er mai 2017, par Abbé Philippe Laguérie
    Il y a belle lurette que les consignes de vote des évêques de France n’ont plus aucune valeur morale ni simplement… humaine. Ils n’ont jamais été infaillibles en ce domaine (ça se saurait) et ont égaré les fidèles presque à tous les coups. En 1968, ils laissent passer la contraception sans broncher et même, au lieu de soutenir le pape Paul VI (Humanae Vitae), ils le critiquent ouvertement. En 1975, ils ne bougent pas le petit doigt contre la légalisation de l’avortement au point que Simone Veil avouera elle-même que sa loi criminelle ne serait pas passée s’ils avaient simplement osé parler clair. Une petite dizaine d’entre eux descendra dans la rue au moment de la loi Taubira sur le mariage homosexuel (les autres approuvent ?) mais toujours au nom des droits de l’homme et jamais au nom de l’Évangile, du droit naturel, de la politique (Gestion de la Cité).
    Aujourd’hui, comme hier, devant la montée effroyable de l’Islam et de l’islamisme (qui sont la même chose : demandez-donc aux musulmans !) de la mondialisation, du capitalisme aveugle et apatride, du grand remplacement, de la PMA et de la GPA, ils viennent nous rappeler des valeurs d’accueil et de solidarité et nous inciter donc à accepter benoîtement la fin de notre civilisation chrétienne, de ses mœurs, de sa culture etc…
    Vous croyez peut être que les « chiens muets » se taisent devant tant de menaces contre la Foi Catholique ? Que nenni ! Ils nous mettent en garde contre la xénophobie, le repli sur soi, la peur de l’autre et autres fadaises éculées qui voudraient nous interdire de voter Marine Le Pen, le seul danger qu’ils ont décelé. Trop, c’est trop !
    Et pour cela, de nous renvoyer à notre conscience pour proscrire le choix qui s’opposerait à leur nouveau credo mondialiste, bourgeois, apatride, maçonnique, multiculturel, islamo-bouddhiste… Le chrétien n’ayant plus rien à défendre : qu’il se taise. Et donc de nous suggérer subrepticement le candidat qui incarne ce ramassis d’abandons et de trahisons : j’ai nommé Macron. On en viendrait à regretter les évêques marxistes des années 1970 !
    Mais attention ! Nous avons des consciences, figurez-vous, et vous allez vous en apercevoir.
    Petite anecdote pour nous détendre, quand Attila arrive devant Rome à la tête de sa formidable armée prête à la saccager et à exterminer tout ce qui y bouge (Nos enfants devraient connaître une situation semblable avec ces hordes contre lesquelles vous désarmez l’occident chrétien), le vieux pape Léon sort doucement de Rome, avec sa canne et une demi douzaine de prêtres. Il se porte hardiment à la rencontre de celui qui a déjà ravagé une bonne partie de l’Europe, entouré qu’il est des ses généraux belliqueux et de ses innombrables et féroces combattants. Il lui intime d’emblée l’ordre de rebrousser chemin ! Contre toute attente, Attila se retourne vers ses généraux et donne l’ordre du retrait immédiat. Ses généraux l’entourent et, stupéfaits, lui demandent pourquoi il aurait peur et obéirait à ce vieillard impotent et esseulé… Et Attila de répondre : « Lui ne me fait pas peur, mais la créature de feu qui fait tournoyer son glaive de foudre au dessus de lui, elle, oui, et je n’engage pas le combat contre ça « . Et de lever le camp, merci Saint Michel.
    On doit aux papes et aux évêques catholiques la liberté de l’occident chrétien. Sans quoi nous aurions déjà la charia.
    Que ne se trouve-t-il parmi nous des évêques de cette trempe. Mais en attendant, n’allez pas bénir les politiques qui invitent chez nous les nouveaux Attila terroristes et commander aux chrétiens de leurs faire bon accueil…
    Une belle exception cependant. J’ai écouté avec bonheur la vidéo de S. Exc. Mgr Rey qui a parfaitement donné les principes d’un choix catholique face aux élections. Honneur à lui. Et de citer tous les points non négociables énumérés par le Pape Benoît XVI. Mais comme évêque il se refuse à descendre dans l’Arène, ce que je me permets comme prêtre, chacun son créneau.
    Tous les points, non négociables pour un catholique, sans exception, sont défendus et représentés par la candidature d’ Emmanuel Macron. Tous. Ce dangereux pantin incarne adéquatement tout ce contre quoi les évêques devraient hurler ! C’est notre conscience qui nous le dicte, voyez-vous !
    Cet homme qui, soit disant n’a pas de programme, est un caméléon, un Janus, un jour de droite un jour de gauche, un jour socialiste un jour non, toujours de l’extrême centre pour abuser les gogos et les bobos. Mais en réalité il a un programme : c’est la destruction de la France et de son christianisme viscéral, chromosomique, génétique.
    Son seul credo c’est son moi, et ceux auxquels il obéit.
    En morale il est pour TOUT ce que condamne l’Eglise : avortement généralisé,encouragé et remboursé : euthanasie consentie (suicide) ou non (meutre), drogues généralisées, mariages en tous genre (LGBT et maintenant avec un i comme inter-sexuel : pourquoi se limiter à un seul sexe après en avoir changé ? Ils voulaient dire hermaphrodite), PMA, GPA où la femme devient un vulgaire chewing-gum, achetable, consommable et jetable (et quand je pense que des femmes le trouvent beau ), etc. Avec comme horizon la nouvelle menace pénale d’être contre ces turpitudes, comme on vient de le voter dans le délit d’entrave. La corruption ne nous sera plus proposée, avec Macron, elle nous sera imposée.
    En politique, c’est pire encore, si on ose dire. Cet homme qui ne connait pas de culture française « parce qu’il ne l’a jamais vue » veut une libre circulation entre la France et le Maghreb, un Schengen trans méditerranée. Il veut des mosquées partout, ami qu’il est des frères musulmans. Le salafisme va triompher en France et le terrorisme avec lui. Le Bataclan et Nice, ce sera le quotidien. Économiquement, comme candidat (socialiste) du fric, il va vendre la France et ses industries (comme il a déjà commencé comme ministre du sinistre Hollande) et, par son libéralisme érigé en dogme, va nous fabriquer des chômeurs en série. Il va obéir à ceux qui allument des conflits aux quatre coins du monde et nous mener à la troisième guerre mondiale.
    Un socialiste pur et ultra-libéral. Marx, réveille-toi ! Proudhon, que fais-tu ?
    Reste le personnage en tout conforme à ses choix : pure création médiatique de l’année, sans racine ni sérieux, la coqueluche de nos marxistes médias, au langage insipide et creux, parfois incompréhensible, parfois même hystérique. N’allez pas croire que les clowns ne sauraient qu’amuser la galerie : il y a des clowns dangereux.
    Ma conclusion est double, quoique pourtant très simple.
    Objectivement, un catholique ne peut pas voter pour cet individu dangereux et ceci sous peine de péché grave. Seules des conditions subjectives, inconscience, démence, perte de l’usage de la raison etc., pourrait l’en excuser. Si vous votez Macron, vous devrez vous en confesser…
    Et comme dans une élection à deux candidats le seul moyen de stopper efficacement l’un est de voter pour l’autre (et non point de s’abstenir : laissez cela aux mélanchonistes !) la conscience des catholiques doit se libérer enfin du joug insupportable du pseudo péché qu’on lui impute depuis trente ans.
    Il fallait qu’un prêtre, enfin, le dît. La vérité vous rendra libre.

Leave a Response